2017-04-JEEcoledesBetes

  • Aide
  • Recherche
  • RSS
  • Google +
  • Facebook
  • Twitter
Université de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA)

Colloques & Conférences

    • Colloque international "Espaces, identités au temps présent : les transitions"Pau - UFR LLSHS / Présidence

      Les 3 et 4 mai 2017, se tiendra le colloque international Espaces, identités au temps présent : les transitions. Ce colloque est réalisé dans le cadre d’un partenariat entre la fédération de recherche...

      Lire la suite

Emergence(s)

Emergence(s)Le magazine des faits marquants de la recherche à l'UPPA

Mohamed Amara Président de l'Université de Pau et des pays de l'AdourMohamed Amara Président de l'Université de Pau et des pays de l'Adour« Des robots au service des élèves, des solutions pour mieux recycler...

Lire la suite

PDF
Vous êtes ici :
  • >
  • > Journée d'étude "L’école des bêtes (XIIe-XVIe siècle). L’animal exemplaire, objet de savoir et miroir de l’homme"

Journée d'étude "L’école des bêtes (XIIe-XVIe siècle). L’animal exemplaire, objet de savoir et miroir de l’homme"Bayonne - UFR pluridisciplinaire

La seconde journée d’étude, L’École des bêtes, organisée par le Centre de recherche en poétique, histoire littéraire et linguistique, en partenariat avec le Musée national du château de Pau, aura lieu le jeudi 20 avril, de 9h15 à 16h30 à l’UFR pluridisciplinaire de Bayonne, en salle 40.

Lors de cette journée, ouverte à tous, des spécialistes des textes savants et littéraires du Moyen Âge et de la Renaissance se pencheront sur l’écriture de l’exemplarité animale pour mieux comprendre comment a évolué le sens donné à la relation entre l’homme et l’animal du xiie au xvie siècle. C’est le second volet d’une réflexion commencée à Pau le 17 novembre 2016.

Pendant le Moyen Âge et jusqu’au xvie siècle, la tradition zoologique, héritée de l’Antiquité, se perpétue au travers de textes de formes et d’intentions très diverses : bestiaires, encyclopédies, exempla ou discours redisent à l’envi la nature de chaque animal, son caractère et son comportement. Les savoirs, transmis au fil des siècles sur les propriétés naturelles des animaux, nous paraissent aujourd’hui d’une étonnante stabilité, en particulier lorsqu’ils ont peu de rapport avec le réel. En revanche, leur interprétation, morale, politique ou religieuse, connaît des variations considérables : si l’animal est encore et toujours le miroir de l’homme, l’image qu’il renvoie est recomposée différemment d’un texte à l’autre. Une même espèce est susceptible selon la perspective privilégiée de se situer du côté du bien ou du mal, de signifier Dieu ou le Diable, d’être un modèle ou un repoussoir. On s’interrogera sur cette ambivalence exemplaire et sur la manière dont a évolué l’articulation entre discours naturaliste et didactique pendant cette période où le savoir sur l’animal s’inscrit dans le projet d’une école des bêtes.

Il sera question, au cours de cette seconde journée, des hybridations entre l’homme et l’animal dans Le roman de Mélusine de Jean d’Arras (Laura Baquedano), des rêveries zoologiques de Juan Ruiz (Fabia Guillén), du rôle des animaux dans La Nef des fous de Sebastian Brant (Jonas Kurscheidt), du bestiaire du Pelerin de Lorete (Véronique Duché et Frédérique Marty), de cet « animal poétique » qu’est le castor d’Isidore de Séville (Pierre Vilar), des propriétés de la baleine et de leurs interprétations selon les auteurs (Cécile Rochelois) et, enfin, en guise d’ouverture vers la modernité, du Bestiaire de Guillaume Apollinaire (Guillaume Rousseau).  

Programme