2017-10-ColloqueLabiliteGenre

  • Aide
  • Recherche
  • RSS
  • Google +
  • Facebook
  • Twitter
Université de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA)
PDF
Vous êtes ici :

Colloque Labilité des genres : le désir du hors genre/ Elusiveness of genres : the desire to go “Beyond genre”, les 12 et 13 octobre 2017Pau - UFR LLSHS - Salle du conseil

Ce colloque est organisé par le CRPHLL (EA 3003), à l’UFR lettres, langues, sciences humaines et sport de l’UPPA, avec la participation de l’université Bordeaux-Montaigne (CLIMAS, EA 4196), les 12 et 13 octobre 2017.

Il a pour but de montrer dans quelle mesure la labilité des frontières génériques dans les domaines des arts, lettres et langues peut traduire un désir du hors genre, ou simplement d’un autre genre. Les nombreuses études dont les pratiques littéraires ont fait l’objet, qu’elles adoptent une approche diachronique ou synchronique, n’ont eu de cesse de constater, en effet, la labilité des genres dont les frontières poreuses et perméables permettent des glissements entre les formes et les contenus.

De même qu’un texte littéraire échappe rarement à un dialogue entre plusieurs traditions génériques, une œuvre d’art garde bien souvent les empreintes d’un échange entre plusieurs courants artistiques. A fortiori, des œuvres hybrides peuvent jouer avec ces glissements entre pratiques littéraires et artistiques. Il ne s’agit pas uniquement ici de s’intéresser aux recyclages et aux transformations génériques au sein des œuvres relevant du domaine des arts, des lettres et des langues, mais de s’interroger sur ce qui sous-tend cette labilité des formes et contenus génériques : serait-elle la conséquence d’un simple jeu avec la filiation révélant le souci de créer une œuvre hybride, un palimpseste original ? Est-elle simplement liée à l’inscription des genres dans le temps et dans le devenir, ou ne manifeste-t-elle pas un refus du genre ?

Le désir d’être hors genre n’est-il pas indissociable d’une volonté de créer la surprise, de tromper l’horizon d’attente ? Autant de questions auxquelles s'efforceront de répondre des chercheurs dont les domaines de spécialité sont très différents, qu'il s'agisse de cinéma, de danse ou de littérature. La notion de littérature doit être comprise au sens large puisque les œuvres étudiées paraissent bien souvent inclassables. On notera un certain éclectisme concernant les pays et les époques qui ont vu fleurir de telles œuvres, qu'il s'agisse de la France, de l'Espagne, du Portugal, du Royaume-Uni ou encore des États-Unis.

Aux frontières entre les genres se superposent donc les frontières entre les espaces et les cultures, ce qui ne peut être qu'un gage de réflexions et d'échanges fructueux sur un sujet qui se prête justement à l'étude de l'hétérogène et l'hétéroclite. Un tel kaléidoscope de communications ne manquera pas de mettre en lumière des préoccupations communes et de dépasser la labilité des frontières entre les genres et les cultures.

Programme