• Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Recherche
Vous êtes ici :

    Lionel DupuyChercheur permanent

    • Co-responsable du Certificat International d’Ecologie Humaine - CIEH / UPPA
    • Parcours
    • Responsabilités
    • Thèmes de recherche
    • Publications

    Parcours

    * Doctorat en Géographie (2006-2009).
    * DEUG et Licence de Cultures et langues régionales, mention Occitan (2003-2006).
    * Certificat International d’Ecologie Humaine (1997-1999).
    * DEUG, Licence, Master I et II en Géographie (1993-1998).

    Plus d'informations : http://pagesperso-orange.fr/jules-verne/

    Responsabilités

    Certificat International d'Ecologie Humaine : https://web.univ-pau.fr/RECHERCHE/CIEH/

    Professeur d'Histoire-Géographie (certifié) dans le Secondaire (enseignement immersif occitan/français).

    Plus d'informations : http://pagesperso-orange.fr/jules-verne/

    Thèmes de recherche

    Axe principal : mes travaux principaux portent sur les manifestations et le fonctionnement de l’imaginaire géographique dans la littérature. L’imaginaire géographique est donc mon objet d’étude principal, la littérature me servant de terrain d’étude principal. Inscrites dans le champ de la géographie culturelle, mes recherches visent plus largement à analyser les rapports de la géographie à la littérature (i.e. une géographie littéraire). J’ai d’abord travaillé sur Jules Verne, afin de définir le roman géographique et le merveilleux géographique, avant de m’intéresser également à des auteurs de la première moitié du XXème siècle (Proust, Gracq et Carpentier), dans la perspective de comprendre comment ces derniers ont produit ce que Marc Brosseau appelle des romans-géographes, des romans qui sont à leur façon géographes, qui peuvent être appréhendés comme des « “sujets” géographes », produisant leur propre géographie, une géographie autre, alternative. Les romans de Jules Verne constituent dès lors un terrain d’étude parmi d’autre.

    Axes secondaires : une autre partie de mes travaux, complémentaire de celle présentée précédemment, porte toujours sur les manifestations de l’imaginaire géographique, mais cette fois-ci dans les arts urbains (graffiti) et dans les langues régionales (l’occitan). Comment les graffiti donnent-il à voir autrement l’espace urbain ? En quoi constituent-ils une médiation entre l’artiste, l’habitant et la ville ? Comment investissent-ils des espaces hétérotopiques ? Concernant les langues régionales, l’interrogation porte sur les imaginaires géographiques d’une langue et d’un territoire (l’occitan-ie), les géographies du « quotidien » qui découlent de leur mise en pratique (institutionnelle et non-institutionnelle).

    Plus d'informations : http://pagesperso-orange.fr/jules-verne/

    Publications

    Liste complète : http://jules-verne.pagesperso-orange.fr/CV3.pdf

    Liste des ouvrages publiés : http://clefdargent.free.fr/dupuy.php

    • De l'imaginaire géographique aux géographies de l'imaginaire. Ecritures de l'espace (Lionel Dupuy - Jean-Yves Puyo, 2015)

      La littérature est le terrain par excellence où le récit, notamment romanesque, assure à l’imaginaire géographique un déploiement qui dévoile des écritures de l’espace bien différentes de celles que les géographes ont l’habitude de pratiquer. Or cette articulation entre géographie et littérature, abordée ici par le biais de l’imaginaire, est au cœur d’une véritable géographie littéraire qui suppose des approches fondamentalement interdisciplinaires de l’espace et de ses écritures. L’imaginaire géographique dessine des géographies imaginaires et romanesques au sein desquelles sujet, lieu et récit entrent en résonance, se co-construisent et révèlent de nouvelles facettes de notre rapport au monde.
      C’est dans cette perspective que se situent les textes réunis dans ce nouveau volume. Ils ambitionnent tous, avec leurs approches, leurs sensibilités, leurs méthodes, de mettre en évidence ces géographies imaginaires portées par des écritures qui rendent compte de manifestations et expériences de la spatialité autres que celles que nous éprouvons dans notre ordinaire, notre quotidien. L’imaginaire géographique est au final cette médiation dont la géographie littéraire ambitionne aussi de rendre compte : c’est à ce niveau que se situe la contribution de ce volume.

      Voir la publication en ligne