2018-11-JEPratiquesVeriteReconcialiation

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Recherche

Trouver une expertise

Accès directs

Chiffres clés de la recherche

 

  • 502 chercheurs
  • 21 unités de recherche
  • 110 collaborations recherche avec les entreprises et les collectivités, par an
  • 23 créations d'entreprises soutenues en 10 ans

 

Plaquette "Recherche & valorisation à l'UPPA"

PDF
Vous êtes ici :
  • >
  • > Journée d'étude "Les pratiques de vérité et de réconciliation dans les sociétés émergeant de situations violentes ou conflictuelles"

Journée d'étude "Les pratiques de vérité et de réconciliation dans les sociétés émergeant de situations violentes ou conflictuelles"Pau - Bâtiment droit, économie, gestion - Salle du conseil

Les laboratoires ALTER (UPPA) et CAS (Toulouse Jean Jaurès) organisent la journée d’étude, Les pratiques de vérité et de réconciliation dans les sociétés émergeant de situations violentes ou conflictuelles, le jeudi 22 novembre 2018, dans le bâtiment droit, économie, gestion (salle du conseil).
En partenariat avec l’UTLA.

La Commission de vérité et de réconciliation d’Afrique du Sud (1995-2003) apparaît souvent comme un modèle à suivre pour les sociétés émergeant de situations violentes ou conflictuelles. Plusieurs pays s’en sont inspirés, dont le Canada (2008-2015) afin d’y prendre en charge le traumatisme, les violences et les injustices subis par les peuples autochtones dans les pensionnats indiens.

Si l’importance de telles initiatives n’est plus à prouver, elles ont parfois du mal à se traduire par l’adoption d’un cadre législatif clair. C’est le cas en Irlande du Nord, par exemple, où la manière dont il convient de gérer l’héritage d’un passé violent demeure une source de division, vingt ans après la signature de l’Accord du vendredi saint (1998). Toutefois, il existe bel et bien des initiatives destinées à faire émerger la vérité et à faciliter la réconciliation, même si elles sont souvent mises en place de manière informelle.

La journée d’étude permettra de prendre en compte la pluralité des approches et des pratiques relatives à ces deux concepts dans les sociétés émergeant de situations violentes ou conflictuelles. Le premier conférencier invité, Denis Hirson (École polytechnique Paris-Saclay), s’intéressera à l’expression artistique et aux tentatives de conciliation pendant l'Apartheid en Afrique du Sud. Wesley Hutchinson (Paris 3 Sorbonne-Nouvelle), quant à lui, s’interrogera sur les liens entre la réconciliation et la défense d’une culture et d’une langue, en l’occurrence l’identité Ulster-Scots en Irlande du Nord.

Cette manifestation sera pluridisciplinaire, elle relèvera du domaine des lettres et des langues, de celui des sciences humaines, politiques et sociales. Plusieurs situations seront examinées par les participants : l’Irlande, le Canada, le Congo-Brazzaville, le Libéria, la Colombie, le Pays basque, l’Algérie, le Pakistan, l’Espagne et le Rwanda.

Programme