Maud Save, distinguée par la revue Polymer Chemistry

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Recherche

Cabinet du Président

Présidence
Avenue de l'Université
BP 576 - 64012 PAU Cedex

president@univ-pau.fr (president @ univ-pau.fr)Tél : 05 59 40 70 21

Tweet

PDF
Vous êtes ici :

Maud Save, distinguée par la revue Polymer Chemistry au titre de “Pioneering Investigator 2019 ”

Spécialiste de la chimie des polymères, Maud Save, a été distinguée par la revue Polymer Chemistry au titre de “Pioneering Investigator 2019 ”.

Maud Save, directrice de recherche CNRS à l’IPREM, excelle dans deux domaines au moins : la chimie des polymères... et l’humilité. Célébrée par le journal Polymer Chemistry mettant à l’honneur le travail de scientifiques en milieu de carrière dont la réputation est internationalement reconnue dans le domaine de la chimie des polymères, cette spécialiste des colloïdes polymères (appelés plus communément latex) insiste d’emblée pour relativiser la portée de cette distinction : « Mon expertise vient en appui des travaux de Sylvie Lacombe, photochimiste à l’IPREM. Nos travaux sont certes innovants, mais je ne me considère pas, pour reprendre le titre de la revue scientifique, comme une ‘’chercheuse pionnière’’. »

Actuellement en mobilité à la Western Sydney University, via le programme “E2S UPPA Ambassadors”, Maud Save a pourtant un parcours impressionnant. Co-responsable du pôle physico-chimie des surfaces et des matériaux polymères de l’IPREM, la chercheuse de 44 ans mène des travaux remarquables destinés à ajouter de nouvelles propriétés aux colloïdes polymères utilisés par exemple dans les peintures, les cosmétiques ou les encres. « Les colloïdes ont un effet filmogène, explique-t-elle. Leur singularité est intéressante pour créer des matériaux innovants. Tout l’enjeu est de maîtriser la boîte à outils permettant de susciter des propriétés qui répondent à des besoins précis. On peut par exemple gonfler ou dégonfler des colloïdes en jouant sur la température, les faire devenir extensibles et rigides à la fois, les rendre photoactifs pour les amener à produire de l’oxygène singulet capable d’éliminer des bactéries ou d’oxyder des polluants... »


Les applications éventuelles dans l’industrie comme dans le domaine de la santé et de l’environnement sont légion. Le dernier défi de Maud Save ? Réussir à fabriquer des colloïdes à partir de biomasse et non d’hydrocarbures.

Contact : maud.save @ univ-pau.fr