2016-11-PonctuerOeuvreMedievale

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Recherche

L'auteur

Valérie FASSEUR Maître de conférences en langue et littérature françaises médiévales

Cécile ROCHELOIS Maître de conférences

  • Membre élue du CNU, section 9 (Langue et littérature françaises) depuis 2015.
  • Membre élue de la CFVU de l’UPPA depuis 2016.
  • Responsable du Master MEEF second degré parcours Lettres à Pau (2012-2015)
  • Membre du COSP de l’ESPE d’Aquitaine (2014-2016)
  • Membre du jury du CAPES de lettres (écrit depuis 2013 ; oral en 2016 et 2017) ; rédaction de la partie Histoire de la langue des rapports de jury 2014, 2015 et 2016.
  • Membre du comité de lecture de la revue Méthode ! (depuis 2014)
  • Responsable pédagogique du DAEU A à la FORCO (depuis 2017)
PDF
Vous êtes ici :

Parution de l'ouvrage "Ponctuer l’œuvre médiévale. Des signes au sens"Etudes réunies par Valérie Fasseur et Cécile Rochelois

Vient de paraître, aux éditions Droz, l'ouvrage Ponctuer l’œuvre médiévale. Des signes au sens, études réunies par Valérie Fasseur et Cécile Rochelois.

Les enjeux herméneutiques de la ponctuation de l’œuvre médiévale : telle est la question posée dans cet ouvrage. Linguistes, philologues, littéraires, historiens, musicologues se répondent pour étudier des textes de genres variés en vers et en prose, en langue d’oc et d’oïl, en latin, italien et moyen anglais.

Art à part entière – art du rythme, du souffle et du silence, art de la composition graphique – la ponctuation, dans ses dimensions sonores et visuelles, est comme une manifestation privilégiée de l’art de lire. De la ponctuation choisie par un copiste ou un éditeur dépend la construction du sens : depuis la renaissance philologique de la fin du XIXe siècle, quelle marge de manœuvre incombe aux éditeurs de la ponctuation telle qu’elle figure dans les manuscrits, avec ses écarts par rapport aux usages modernes ?

Dans certains textes, ponctuer revient à lever l’ambiguïté, à appauvrir la lecture et à trahir une polysémie intrinsèque à l’œuvre. Engageant le sens, les choix de ponctuation sont le sceau intellectuel de celui qui transcrit l’oeuvre médiévale, comme de l’écrivain moderne sur son style.